AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 26, 27, 28, 29  Suivant
AuteurMessage
Ninja moustachu
Kaïju
Kaïju


Nombre de messages : 5422
Date d'inscription : 12/05/2008

MessageSujet: Re: Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD   Dim 3 Mai 2015 - 19:09

DAREDEVIL - Saison 1

Cette série est vraiment étonnante car le niveau qualitatif va crescendo. Plus on avance, plus on se dit "ah ouais, quand même". Au fil des épisodes, mon  avis est passé de "plutôt cool" à "vachement bien". Suis presque tenté de dire que cette série et X-Men First Class sont ce qui a été produit de mieux concernant l'univers Marvel ces dernières années.
Une règle de base s'applique parfaitement ici: un très bon "méchant" donne souvent une très bonne histoire. Wilson Fisk est fabuleux du début à la fin! C'est vraiment une excellente surprise de voir "Grosse Baleine" cartonner de la sorte!
C'est nettement plus violent que toutes les autres productions Marvel, ce qui est authentique par rapport au comics depuis la période "Franck Miller" de 1980 à 1983 et la polémique qui allait avec.

Je ne dirais rien à propos du scénario (très bien ficelé et prenant) hormis que nous avons droit à une histoire complète avec cette première saison. Ce qui est très bien car, comme on en a malheureusement l'habitude, dès qu'une production Marvel est bonne, la suite craint passablement. Du coup, on peut s’arrêter à celle-ci au cas ou la prod prend l'eau à la saison suivante.


Maintenant, pour les aficionados, les clins d’œils divers et variés sont subtilement inclus:

-  :
 

Un très bon divertissement!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=lYtIgwjcKW0
Old Shatterhand
Saint Seiya
Saint Seiya
avatar

Coq
Nombre de messages : 1302
Age : 47
Date d'inscription : 06/07/2009

MessageSujet: Re: Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD   Mer 6 Mai 2015 - 1:25

Le tigre de papier / Paper Tiger (1975)

Toshiro Mifune joue le rôle d’un ambassadeur Japonais qui décide de prendre comme tuteur pour son fils un ex- officier britannique couvert de gloire. C’est David Niven qui est l’officier en question et le petit écolier qu’on lui présente est paraît-il un enfant modèle. Sauf que rien ne va vraiment comme prévu, tout d’abord Mifune n’est pas du genre commode et il n’a de diplomate que le titre, ensuite le charmant petit garçon est surtout un bambin très vif qui remarque absolument tout et ne laisse pas passer le moindre détail et enfin David Niven est loin d’être le héros de guerre qu’il prétend. Et lorsque ce beau parleur qui raconte des tas d’histoires de guerre où il exagère toujours son rôle se retrouve face à une prise d’otage particulièrement musclée, il devient évident que ce poste de tuteur n’est pas exactement la planque idéale dont il rêvait au départ…



Une bonne comédie avec des acteurs parfaitement à l’aise dans leur rôle, le genre de production britannique typique de son temps (ken Annakin à la réalisation, Roy Budd pour la musique, et Euan Llyod à la production). Si vous avez de jeunes enfants, c’est le genre de spectacle idéal à voir en famille, en fait c’est typiquement le style de film qui devrait passer à noël si les chaines de TV avaient un peu plus d’imagination au lieu de nous programmer toujours les mêmes films…

Va et regarde /  Requiem pour un massacre (1985)

En 1943 en Biélorussie, un jeune garçon veut rejoindre les partisans pour lutter contre les nazis au grand désespoir de sa mère qui refuse de le voir partir, mais ce sera peine perdue car le commissaire politique est déjà là pour lui prendre son enfant.

Si ce film est un vrai chef d’œuvre c’est d’abord parce que le réalisateur Elem Klimov ne montre pas tout de suite crûment l’horreur il nous laisse d'abord la deviner et ce faisant il nous fait comprendre ensuite combien nous sommes loin de savoir ce que sont les horreurs de la guerre. A l’image de cette terrible scène de tension dans la cabane où les mouches tournent autour du jeune garçon et que le public se demande où diable sont les cadavres ? La réponse viendra mais elle vous figera à jamais dans la terreur.



Utilisant le procédé de la caméra subjective mais aussi le système de lentille bifocale, capable d’enchainer avec une grande fluidité les plans séquences, de varier la profondeur de champ avec un rare bonheur, de jouer subtilement sur la luminosité, de camper des portraits fabuleux, de poser des métaphores terribles (comme celle des poupées, de l'avion qui plane dans le ciel etc...) Klimov nous offre à la fois une grande leçon de Cinéma et d’Histoire, une sorte d’incroyable mélange de beauté et d’horreur sur le même plan. On reste le souffle coupé devant un tel talent et l’on a envie de jeter à la poubelle tous les autres films de guerre qui du coup semblent terriblement vides face à la force de l’œuvre de Klimov.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ninja moustachu
Kaïju
Kaïju
avatar

Chat
Nombre de messages : 5422
Age : 41
Localisation : Lausanne (Suisse)
Date d'inscription : 12/05/2008

MessageSujet: Re: Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD   Ven 8 Mai 2015 - 17:31

Zulu

Il est sympathique parfois de se rendre compte que l’on a simplement vu un très bon film et qu’il est inutile de se lancer dans un long monologue que, de toute façon, personne ne lira.
Deux ou trois mots quand même : Un thriller qui se déroule en Afrique du Sud avec deux flics qui se lancent dans une enquête aussi sinueuse que sordide.
Orlando Bloom sort enfin des ses rôles « neuneu » et Forest Whitaker tutoie la perfection en incarnant son personnage. Concernant ce dernier, pour pleinement apprécier sa prestation, le visionnage en VO(stfr) est indispensable tellement son accent et ses expressions sont typiques. Je ne l’avais pas revu depuis The Shield, Ghost Dog et Le dernier roi d’Ecosse, mais, une fois de plus, il cartonne.
A noter qu’en prime, nous avons droit à une des courses poursuites les plus originales de l’histoire du cinéma.
Bref, si vous aimez les films policiers, c’est du 100% approuvé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=lYtIgwjcKW0
Citizen Kane
G.I. Joe
G.I. Joe
avatar

Nombre de messages : 828
Date d'inscription : 04/11/2012

MessageSujet: Re: Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD   Sam 9 Mai 2015 - 14:00

Tu me l'as vendu ce Zulu. lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ninja moustachu
Kaïju
Kaïju
avatar

Chat
Nombre de messages : 5422
Age : 41
Localisation : Lausanne (Suisse)
Date d'inscription : 12/05/2008

MessageSujet: Re: Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD   Mer 13 Mai 2015 - 19:55

Avengers - Age of Ultron

Parfois, en sortant du cinéma, il faut simplement se poser la question si l’on s’est amusé ou pas. C’est bel et bien le cas avec ce film.
Pourtant, il y a plusieurs choses discutables qui me font, d’habitude, hérisser le poil, mais qui ne sont pas parvenues à gâcher mon plaisir. C’est plutôt rare, j’en conviens, surtout que l'impression d'avoir vu une sorte d'improbable ratatouille persiste.

Il y a, donc, ce montage grossier fait à la « truelle ». Idéalement, une petite demi-heure supplémentaire aurait permis à ce que toutes les transitions se fassent de manière plus subtile. Là, on se fait balancer des séquences à la suite hystériquement. A des moments, on craint presque que ces raccourcis scénaristiques soient illustrés par une voix-off. Heureusement non. Le positif, c’est que le rythme est soutenu et que l’on ne s’ennuie pas une seconde.
Thor est la grande énigme de cette histoire. Je suppose que la majeure partie de sa petite virée en solo à été coupée car il manque vraiment un truc pour que son intervention, à un moment clé de l'histoire, soit réellement compréhensible. Mystère, mystère...
Autre point négatif, ce sont les origines de QuickSilver et Scarlet Witch qui sont expédiées en vitesses et, de plus, pas du tout en adéquation avec le comics (aucune référence à Magneto). Toujours à propos de QuickSilver, sans spoiler, je trouve qu'il y avait peut-être mieux à faire...
Sinon, il y a quelques détails bien couillons comme, sans tout vouloir citer, le petit bricolage à la Mac Gyver pour envoyer des messages en morse depuis la cellule… mon dieu… mais bref, passons.
Il y a, aussi, cet humour omniprésent qui fonctionne avec certains (Hulk et Thor par exemple) et qui devient ridicule avec d’autres (les cabotinages de Downey Jr sont quand même saoulant).
 
Par contre, sur le plan purement positif, j’ai vraiment pris mon pied avec toutes les séquences mettant en scène Hulk. Exactement la même sensation qu’avec le premier, ce mec est jouissif à l’écran et insuffle une grosse dose de fun.
Autre élément que j’ai adoré, c’est la naissance de La Vision. C’est un excellent équilibre entre la fidélité au comics et la remise au goût du jour. Nous avons même droit à sa posture classique lorsqu’il est en lévitation devant la fenêtre ainsi qu’un début de « connexion » avec Scarlet Witch. Petit détail, certes, mais qui me fait toujours plaisir. Très bien ce perso !
Il y a pas mal d’autres trucs cool comme la « pré-introduction » de Black Panther, le petit développement de Hawkeye, l’exagération (too much, oui, mais qui reste fun) des fonctionnalités du matos de Stark, Thanos qui enfile son gantelet, la nouvelle équipe, la séquence « page centrale » de comics dans la scène bordélique de protection, le père Stan, le T-shirt Bruce Lee, etc.
 
En conclusion, il y a à boire et à manger dans cette production. Sans être génial et clairement moins bon que le premier épisode, ce film gagne le pari d’assurer un certain divertissement. Le chapitre d’Ultron est rondement mené et devient une base sympathique pour balancer un « film-popcorn » honorable. Ni plus, ni moins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=lYtIgwjcKW0
kakugo
Star Wars
Star Wars
avatar

Buffle
Nombre de messages : 4405
Age : 44
Localisation : region parisienne 94
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: Re: Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD   Mer 13 Mai 2015 - 21:09

J'ai pas encore vu les Avengers 2 , mais ce que tu dis confirme ce que j'ai pus lire,il y a eu plus d'une heure trente de scènes coupées!!! un jour peut être en version longue.... study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Old Shatterhand
Saint Seiya
Saint Seiya
avatar

Coq
Nombre de messages : 1302
Age : 47
Date d'inscription : 06/07/2009

MessageSujet: Re: Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD   Mer 13 Mai 2015 - 23:44

En voyant Avengers 2 je me suis demandé, si ce ne serait pas intéressant de confronter ce film aux autres films de super héros, pour savoir si l’on tourne en rond ou bien si en 2015 l’on développe quelque chose de nouveau par rapport aux films antérieurs du même genre ?

Invariablement (c'est devenu un rituel) tout commence par une sorte de lever de rideau avec un générique où défile une suite d’images animées, filmées avec des couleurs saturées et sur lesquelles s’impriment en gros caractères les lettres formant le nom de Marvel. Dès le premier générique de ce genre que j’ai pu voir, il y a une bonne quinzaine d’années de cela, j’ai été frappé par cette entrée en matière. Un film peut en effet s’inscrire dans un contexte de création pure et simple ou de simple commande. Ici nous sommes dans la commande et les motifs choisis donnent dès le générique une idée immédiate de ce que l’on va voir : de l’action et des images fortes.

Dans un film de super héros, l’acte de narration (n’en déplaise aux fans purs et durs) se résume d’abord à une représentation très théâtrale, chaque personnage est d’abord là pour incarner un rôle. Avengers 2 comme les autres films n’offre une « histoire » que de façon secondaire. Le morcellement de l’espace, les récits plus ou moins indépendants, les cadrages et le montage renforcent ce choix d’un cinéma qui s’occupe avant tout d’offrir aux spectateurs un spectacle monumental et grandiose auquel nous pouvons avoir droit aujourd’hui grâce aux progrès liés à la technologie de l’image.

Ce qui fait aussi l’unité de ces films c’est qu’ils racontent quelque chose d'universel et d’assez simple : l’humanité est divisée. Une simple idée qui tient en trois mots sert donc de colonne vertébrale aux films de super héros. Les séquences que l’on voit dans Avengers 2 vont donc consister à proposer une série de plans qui servent à recadrer le groupe et à rappeler qu’ils sont autant ensemble, qu’isolés. Avengers 2 reprend donc la recette qui servait déjà aux autres films depuis au moins le tout premier X-Men il y a 15 ans de cela…

L’absence de profondeur de l’histoire n’empêche pas Avengers 2 de tenter de diffuser une légère émotion. Si le rapport au pouvoir qui s’exerce entre les personnages (y compris par l'humour avec la scène où chacun essaye de soulever le marteau de Thor) participe à cette invitation au spectacle et à la théâtralité dont je parlais au début de ce texte, il y a aussi parfois la volonté de donner un peu plus de consistance au film en sondant par exemple les pensées des personnages. Ultron étant trop proche de la marionnette, il faut donc chercher ailleurs que dans le méchant de service un effet qui joue avec la subtilité. Avengers 2 joue donc la carte de la surimpression de deux instants, et au détour d’une évocation d’un événement méconnu ou caché (le passé de la veuve noire), le spectateur est alors extrait du présent pour être transporté dans l'intimité des héros,et il est convié à réfléchir au prix du pouvoir. Le seul souci c’est qu’il s’agit d’un procédé déjà utilisé dans tous les autres films traitant du même genre.

Avengers 2 n’apporte rien de plus également du côté de l’atmosphère, puisque d’emblée le spectateur retrouve des éléments d’ambiance qu’il connaît par cœur : comme l’entrée en scène des personnages dans une séquence chargée d’action et appuyée par une musique poussée à son comble. La suite s’inscrit dans un flux filmique que l’on connaît tout autant : l’on passe de tensions émotionnelles (qui amorcent sans doute les événements à venir pour Captain America 3 et Avengers 3) à la faiblesse apparente des héros (qui fait craindre le pire et qui amène quelque sympathie envers eux) pour arriver finalement à la conclusion triomphante grâce aux ressources internes dont disposent les héros (technologie, sagesse, intervention de nouveaux personnages venant à leur aide, courage et sacrifice).

Au final Avengers 2 nous conduit une fois de plus (et je doute qu'une version plus longue change radicalement la donne) sur la même voie que tous les autres films du même genre. Une nouvelle fois tout ceci ne trouve de justification d’être que dans le simple spectacle de l'imagerie et dans le fait de poser les jalons des prochaines histoires à venir. A ce petit jeu de l'image spectacle et du « to be continued » même le spectateur le plus fidèle risque un jour de se lasser si aucun effort n’est fait pour produire quelque chose d'un peu plus créatif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Old Shatterhand
Saint Seiya
Saint Seiya
avatar

Coq
Nombre de messages : 1302
Age : 47
Date d'inscription : 06/07/2009

MessageSujet: Re: Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD   Mar 19 Mai 2015 - 18:56

Piazza Fontana

Tourné en 2012 et distribué chez nous en 2013 (France TV distribution), je viens tout juste de découvrir ce film italien qui me semble mériter un petit commentaire. A chaud, voici les premières impressions.

Thriller politique, très classique, et nageant dans une ambiance spectrale, Piazza Fontana permet au spectateur de se replonger dans le climat inquiétant de l’Italie des années de plomb. L'histoire du film, s'inspire en effet de faits réels : le 12 décembre 1969 une bombe explose à la Banca Nationazionale dell’Agricoltura, située sur la Piazza Fontana à Milan. On dénombre dix-sept morts et plus de quatre-vingt-dix blessés. Le commissaire Calabresi est chargé de l’enquête.



Malgré une foule de personnages (fascistes, anarchistes, communistes, politiciens de droite et de gauche, magistrats, journalistes, militaires et policiers) le réalisateur, Marco Tullio Giordana, arrive à maintenir l’intérêt du spectateur sans noyer son récit dans une histoire trop complexe.





Faisant preuve d’un savoir-faire évident dans la composition de ses plans, autant que dans l’art du portrait, son film est d’abord un bonheur visuel. La mise en scène est soignée et rien n’est laissé au hasard, à l’image de la première apparition à l’écran du commissaire Calabresi qui ajuste un tableau accroché au mur en l’inclinant tantôt à droite, tantôt à gauche (autant de directions qui seront celles suivies lors de l’enquête).







La partie réflexive est de son côté assurée par petites touches et selon une direction bien connue, Giordana reprend en effet la thèse de Paolo Cucchiarelli, développé dans le livre « Il segreto di Piazza Fontana », et  selon laquelle il aurait eu deux bombes, l’une déposée par l’extrême droite et l’autre par l’extrême gauche. L’une des idées du film consiste ainsi à rappeler que personne ne peut être considéré comme entièrement hors de soupçon.



Piazza Fontana est donc plutôt un bon film, certes un peu statique par moment (comme pouvait l’être la Taupe de Tomas Alfredson, par exemple), et avec un découpage par chapitre sans doute un peu trop appuyé, mais dans l’ensemble, il mérite largement d’être vu et devrait sans peine en ravir plus d’un.  



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ninja moustachu
Kaïju
Kaïju
avatar

Chat
Nombre de messages : 5422
Age : 41
Localisation : Lausanne (Suisse)
Date d'inscription : 12/05/2008

MessageSujet: Re: Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD   Mar 26 Mai 2015 - 15:26

Mad Max - Fury Road

Une suite ? Un reboot ? Franchement, on s’en fout tellement ce retour fracassant est bon !
Pas de chichis. Ce film va droit au but sans aucun compromis et nous laisse avec la mâchoire à moitié béante pendant presque toute la projection.

Le scénario tient sur une demi-page (probablement moins) mais captive le spectateur dès les premières secondes.
Sur le plan visuel, l’orange du sable et le bleu du ciel sont traités de manière particulière, ce qui donne une touche esthétique des plus sympathiques (réussi à voir ce film en salle sans cette foutue 3D d’excrément, et j’ai trouvé ça vraiment très beau).
Autre point visuel très fun : les véhicules. C’est carrément la fête du slip ! Il y a une créativité époustouflante dans l’élaboration de ces mastodontes sur roue. On en prend plein les « mirettes » !
Ce qui surprend aussi, c’est le « peu » d’effets spéciaux à l’écran. La majeure partie des éléments délirants ont l’air d’être bien réels et fonctionnels (le guitariste et les percussionnistes par exemple). Je ne sais pas si je suis dans le vrai, mais si c’est le cas, il y a des prouesses d’inventivité dans cette production. Quand aux cascades…. on est bien en face d’un film réalisé « à l’ancienne » et, de nouveau, sans aucun compromis. Ces mecs ont vraiment des couilles en titane ! Shocked

Pour les aficionados, les objets « cultes » de la saga sont présent : le blouson, l’épaulière, la longue vue, la boîte à musique et, l’Interceptor qui fera un petit jeu de cache-cache et usera les nerfs de tout fan de science fiction venu se « ressourcer » en révisant ses classiques au cinéma.

Oui, c’est du bon, du lourd, du bien mastoc comme on en fait plus de nos jours ma p’tite dame !

Gros délire, gros divertissement, on excusera même la petite sensation paradoxale de longueur que l’on peut ressentir à un ou deux moments, malgré la frénésie furieuse de cette histoire.

Niveau acteurs, je pense franchement que Mel Gibson aurait pu reprendre le rôle vu la forme qu’il tient. Mais il faut avouer que Tom Hardy en bagnole, avec ou sans kit « mains libres », il assure un .....Max! (oui, elle est facile, je vous l’accorde….bon….bref….)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=lYtIgwjcKW0
Old Shatterhand
Saint Seiya
Saint Seiya
avatar

Coq
Nombre de messages : 1302
Age : 47
Date d'inscription : 06/07/2009

MessageSujet: Re: Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD   Lun 15 Juin 2015 - 23:11

Games of Thrones (saison 5)

L’immense glose qu'a suscitée cette série laisse peu de place à de nouveaux commentaires, mais tant pis, je me risque à rajouter quelques rapides impressions personnelles.

Il m’arrive rarement de suivre les séries télé, c’est terriblement chronophage (et souvent décevant sur l'ensemble des saisons), j’ai cependant fait une exception pour Game of Thrones. Pourtant techniquement l’importance artistique de Game of Thrones n’est pas inoubliable : la mise en scène n’est pas spécialement intéressante, le montage est à la fois assez indigeste (juxtaposition de plans, mise en attente sur mise en attente…)  et très conventionnel (avec un climax qui se situe dans les derniers épisodes de chaque saison) la photo n’est pas toujours très belle, les costumes n’ont rien de très élaborés….

Mais en vérité tout ceci, pour une fois, est bien secondaire, car la fascination pour cette série se trouve ailleurs.

Tout d’abord l’étonnante galerie de personnages qui nous est proposé, est assez remarquable. Ici l’écriture de George R. Martin fait merveille et le casting est à la hauteur. Je ne vais pas tous les citer, mais ils sont vraiment bien pensés : Tyrion Lannister le nain ironique et désabusé...trainant sa carcasse ; le chevalier banni Jorah Mormont, efflanqué et fatigué ; le reptilien Peter Baelish (littlefinger) roi des manipulateurs etc…



Cependant dans la plupart des séries qui fonctionnent avec de nombreux personnages,  la dramaturgie l’emporte souvent, oubliant parfois le contexte, mais Game of Thrones brasse bien plus large et profond :
-Le désir de vengeance ne conduit pas forcément les personnages vers l'hystérie mais plutôt vers de nouvelles communautés (John Snow).
-L’idéal de départ est aussi souvent gangréné. D’ailleurs la quête se fait souvent avec son contraire (les filles Stark)
-Le questionnement est souvent très pertinent, à quelques heures du bac philo on pourrait par exemple s'interroger sur : Quel est le sens du mot Justice ? (Daenerys Targaryen, la mère des dragons)

Ensuite la série possède aussi certaines caractéristiques très intéressantes :
-Les forts sont ceux qui jonglent avec le monde, laissant les principes aux faibles.
-Les personnages évoluent dans un espace tellurique (le Nord par exemple est fait d’immenses étendues  d’une blancheur qui entretient une relation intime, quasi organique entre le territoire et les hommes).
-L’intérieur n’est pas forcément une matrice ou un abri. Game of Thrones nous montre donc souvent l'importance de l’extérieur comme nécessaire à la longue et laborieuse intégration des personnages.
-La violence (même si HBO manque hélas de subtilité) est parfois plutôt intéressante car elle est souvent montrée comme une violence sèche, panique (on remarque par exemple le motif récurrent de l'étouffement : une lame enfoncée dans la gorge, une boisson empoisonnée etc…)
-La circularité du décor, son côté presque mécanique (sublime générique !) est aussi ironiquement le parfait contrepoint à l’agitation des personnages. Cette chorégraphie nous rappelle que les batailles, le passage du temps, les humiliations, les évolutions de conscience tout cela au fond tourne en rond…
-Les personnages eux-mêmes d’ailleurs n'ont prise que sur le choix de leur propre effacement (cela nous est montré dès le premier épisode et souligné avec force de nouveau avec la mort de Sean Bean) et probablement qu’à la fin dans la saison 8, le seul « vainqueur » sera le coucher de soleil qui s'éloigne dans le lointain. Vanitas vanitatum et omnia vanitas...

Vivement la saison 6 ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
keyzeryom
Hot Toys / Marvel
Hot Toys / Marvel
avatar

Tigre
Nombre de messages : 8665
Age : 42
Localisation : Au fond, à droite...
Date d'inscription : 19/06/2007

MessageSujet: Re: Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD   Lun 15 Juin 2015 - 23:36

La fin de l'épisode 8 est un des meilleurs moments toutes saisons confondus.

Quel pied!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
neo_kerberos
Modérateur
avatar

Tigre
Nombre de messages : 6970
Age : 43
Localisation : Otakuland
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD   Mar 16 Juin 2015 - 8:05

Je partage tout à fait ton opinion Keyzer ! ^^

J'avoue avoir préféré les saisons 4 et 5 aux autres, les éléments mis en place jusque là ont commencés à interagir de façon vraiment intéressantes (même si d'après un ami fan, ces deux séries prennent énormément de libertés vis à vis des romans).

Le seul truc que je reproche à GOT, c'est (notamment dans les premières saisons) les nombreux passages "érotiques" dont certains sont franchement gratuits et qui n'apportent rien de plus à l'histoire...

Non pas que ça me choque, mais je trouve que du coup ça cantonne la série à un certain public, alors qu'avec ces séquences en moins, elle pourrait fédérer plus largement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neo-kerberos-robots.site.voila.fr/index.jhtml
Old Shatterhand
Saint Seiya
Saint Seiya
avatar

Coq
Nombre de messages : 1302
Age : 47
Date d'inscription : 06/07/2009

MessageSujet: Re: Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD   Mar 16 Juin 2015 - 11:39

Je crois qu’il ne faut pas trop bloquer sur les changements qui existent entre les livres et la série.  
L’écriture de Martin sur Game of Thrones relève plus d’un remarquable savoir-faire que d’une véritable vision (en effet il demande souvent de l’aide pour ses histoires à un petit groupe de proches qui le conseille depuis longtemps), de plus on savait dès le départ qu’il y aurait des différences entre les livres et la série TV pour des tas de raisons (problèmes financiers, temporels etc…) et aussi parce que Martin avait pris soin de nous dire qu’il avait vendu les droits, laissant aux studios la possibilité de faire des changements.
HBO n’allait pas non plus se priver de faire des coups médiatiques, sachant qu’en prime les fans énervés feraient ce qu’il faut pour alimenter les débats, du coup c’était l’assurance d’avoir de la pub gratuite autour de cette série.

Ce qui semble plus important (car après tout une adaptation apporte toujours avec elle son lot de transformations) c’est que la série ne néglige pas la dimension réflexive des livres. Même comme simple consultant j’imagine que Martin a pu veiller à ça.

D’accord avec vous sur l’épisode 8 ! Mais chut, laissons aux autres le soin de découvrir tout ceci...Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
neo_kerberos
Modérateur
avatar

Tigre
Nombre de messages : 6970
Age : 43
Localisation : Otakuland
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD   Mar 7 Juil 2015 - 17:26

TERMINATOR GENISYS

Fan absolu de la licence et des quatre films précédents, c'est plein d'espoir (malgré le reboot annoncé et une campagne de pub pas franchement terrible) que je suis allé voir ce nouvel opus, et je n'ai pas été déçu !

Concernant le reboot, sans spoiler, la trame de départ est profondément ancrée dans les films précédents (le premier en particulier), donc même si le film développe sa propre histoire, pour moi on peut sans problème le recoller à l'ensemble de la saga.

Arnold fait une prestation impeccable (qui en aurait douté ?), même si son doubleur français ne semble pas franchement toujours dans le film...

Emilia Clarke, sans sa perruque de Game of Thrones, est méconnaissable, et campe une Sarah Connor tout à fait convaincante (le gros point positif du casting).

Niveau messieurs, ça se gâte franchement, les deux acteurs choisis font hélas passer bien peu d'émotions aux personnages, le Kyle Reese de Genisys est bien pâle par rapport à celui du premier film...

Mais bon, à part ce casting masculin assez moyen, le film n'en est pas moins réussi !

De grands changements sont opérés, une nouvelle ère pour la licence est clairement mise en place, et les choses que l'on pensait acquises sont totalement bouleversées !

En conclusion, je conseille vivement de faire le déplacement en salles (et restez bien jusqu'au milieu du générique !!).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neo-kerberos-robots.site.voila.fr/index.jhtml
Go-goldorak
WWF
WWF
avatar

Dragon
Nombre de messages : 987
Age : 17
Localisation : Dans les Vosges
Date d'inscription : 04/07/2015

MessageSujet: Re: Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD   Mar 7 Juil 2015 - 18:07

Le dernier film que j'ai vu, c'est Stars 80.....hier soir ! Un pur bonheur, je suis en pleine admiration à chaque fois que je le vois ( je l'ai bien vu entre 5 et 10 fois )
Sinon, le dernier film que j'ai visionné, c'est Harry Potter et les reliques de la mort partie 2.... ah que c'est magnifique ! des effets spéciaux sensationnels, bref, le bonheur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCmDEXttnTYZaXxcehrh1pcQ
Jmd76
Saint Seiya
Saint Seiya
avatar

Dragon
Nombre de messages : 1328
Age : 41
Localisation : Rouen
Date d'inscription : 12/04/2014

MessageSujet: Re: Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD   Sam 11 Juil 2015 - 19:44

J'ai vu Mad Max : Fury Road tardivement. En marge de la critique très sympa de Ninja Moustachu (voir plus haut, 26 mai dernier), je vous propose la mienne, que j'ai postée sur un site cinéma bien connu. Cela faisait longtemps qu'un film récent ne m'avait pas donné une telle envie d'écrire ! Je ne sais pas s'il est de bon ton de revenir sur un film qui a déjà été commenté ici, mais j'avais envie de partager...

"On dit que le public ne croit plus du tout aux héros à notre époque. Avec toi, Max, on va leur montrer ce que c'est que des héros !" C'est à l'aune de cette tirade de Roger Ward à Gibson dans le Mad Max originel qu'il faut juger de ce qu'était l'entreprise de George Miller dès 1979. Ce film, "symbole du cinéma Rock'n Roll de la fin des seventies" comme l'écrit Julien Carbon dans Mad Movies en 1996, impose une esthétique résolument libre, anticonformiste et sauvage. Surtout, avant Indiana Jones, avant Conan, avant Rambo, Miller recréait le héros moderne, à la fois fort et fragile. Plus de trente-cinq ans plus tard (Mad Max, entre-temps, sera devenu le "Road Warrior" dès 1982), Mad Max : Fury Road prouve que Mad Max est devenu une marque. Celle de ces corps rafistolés, survivants de chaque instant dans l'enfer post-apocalyptique nucléaire ; celle de cette société humaine repartie de zéro, réorganisée selon des schémas politiques primaires et traversée de résurgences ancestrales (le Valhalla) ; celle, aussi et peut-être surtout, de ces monstres de fer auquel le film fait comme un long chant d'amour. S'il est rare qu'une trilogie cinématographique soit réussie, il est plus rare encore qu'un quatrième film vienne en faire une quadrilogie sublimée. Car Mad Max : Fury Road est loin de se limiter à revisiter les thématiques passées et à rouvrir le livre d'images. Ces thématiques, il les revitalise en leur donnant une énergie et une résonance nouvelles, une puissance fantastique. Sans rien perdre de sa force politique, le film renoue avec la tradition du film-spectacle - qui est l'une des fonctions essentielles du cinéma. Et rarement le spectacle aura été aussi bon ces dernières années, que ce soit pour des raisons de cadrage, d'écriture ou de mise en scène. Le scénario est-il inexistant, comme on a pu le lire chez des spectateurs insatisfaits ? Comme c'était déjà le cas pour Mad Max II : The Road Warrior, l'intrigue ici tient de l'intrigue de western. Un convoi cherche à échapper à ses poursuivants, indiens ou hors-la-loi, qui veulent le massacrer. Il n'en faut pas plus à Miller pour renvoyer au champ dans lequel il excelle, celui de la représentation d'une société dégénérée et de l'exploration des sentiments humains, de la bestialité primitive à la peur et à l'espoir, au courage, au doute, au traumatisme... Autant de sentiments dépeints avec justesse, criants de vérité.

Avec Mad Max : Fury Road, George Miller réussit un double tour de force : celui de sublimer son oeuvre, et celui de faire de ce film extrêmement viril un film féministe. Max est le dernier héros du film à se nommer. Avant lui se sont présentées des femmes déterminées à ne pas être les jouets des hommes. Des femmes qui ont peur, qui souffrent, mais ne renoncent jamais. Des femmes qui ont une personnalité en acier trempé, et qui meurent parfois à la façon des héroïnes de tragédie. A ce jeu-là, Charlize Theron n'est pas la seule, loin s'en faut, à tirer son épingle du jeu. Politique, électrique, survolté, tonitruant, spectaculaire et féministe, Mad Max : Fury Road est un chef-d'oeuvre. Un vrai.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ninja moustachu
Kaïju
Kaïju
avatar

Chat
Nombre de messages : 5422
Age : 41
Localisation : Lausanne (Suisse)
Date d'inscription : 12/05/2008

MessageSujet: Re: Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD   Mar 18 Aoû 2015 - 18:41

The Drop

En faisant le bilan des films, incluant Tom Hardy, vu ces dernières années, je me rends surtout compte que tout est bon. Il y a du « sympa », du « très bien » et il se roule même dans la perfection avec les prestations qu’il assure dans « Bronson » et « Locke ». A force, sa présence est devenue garante d’une certaine qualité.

Nous avons, ici, une histoire se passant de nos jours à Brooklyn où deux cousins travaillent dans leur bar miteux faisant office d’usine de blanchiment d’argent, dirigée par la mafia locale. Un chien, un braquage, une fille, un mec louche (Mathias Schoenaerts), un flic et un lourd passé vont venir donner de la consistance au récit.
Scénario bien ficelé, casting au poil, ambiance réussie, c’est tout ce qu’il faut pour que l’on se dise, le lendemain matin en sirotant son café, que l’on a « simplement » vu un bon film hier soir.

Tout bon donc.

Blackwaters

Tiens ! Danny Trejo est toujours vivant ? Et il joue encore une fois dans, ce qui semble être, un gros film d’action ? Ben go, on s’ouvre une bière et on presse play ! (ouééééééééé !).

Se détendre en regardant volontairement un film « con-con » que l’on ne va pas prendre au sérieux est une chose, s’infliger un étron cinématographique pareil en est une autre. Autant vous le dire tout de suite, a part un ou deux jolis culs, il n’y a absolument rien à sauver dans ce truc.

Tutoyer la médiocrité à ce point, c’est presque à se demander si ce n’est pas fait exprès. En plus de la production miséreuse qui donne un résultat visuel équivalent aux séries des années 90, le jeu d’acteur est pitoyable. Cela dit, le personnage principal essaie de se donner de la peine, mais on s’aperçoit rapidement qu’il en a beaucoup.
Rien ne nous est épargné. C’est la foire au « déjà vu » à un niveau extrême (Oui, il y a la scène d’amour où on exprime ses sentiments au milieu d’une fusillade. Oui, il y a la réconciliation entre deux amis divisés par la perfidie d’une femelle, toujours dans une scène d’action bien entendu) et bien d’autres trucs qui prendraient dix plombes à lister.

Bref, un public pour ça doit, je suppose, exister et c’est peut-être là le vrai problème…

Nymphomaniac Volume 2

Le premier était intéressant et bon, le second l’est tout autant. Suite et fin de ce récit racontant la vie (le calvaire ?) d’une nymphomane incarnée par Charlotte Gainsbourg.
Pas grand-chose à dire de plus que dans ma review du premier volet hormis que c’est toujours pour un public avertit.

Night run

Après l’affront Taken, il était important que je me réconcilie avec Liam Neeson car, dans le fond, je l’aime bien lui. C’est surtout son aspect « mec que l’on pourrait croiser dans la rue, comme, ça, tout naturellement » qui me plait.
Bilan des courses : Tout est d’un pathétique prévisible. Thriller sans saveur qui sombre immédiatement dans le pathos entrecoupé de séquences bourrin sans une once de réalisme. La scène de course poursuite en bagnole suffit pour éteindre son écran.
Lamentable, certes, mais pour Liam Neeson, j’y crois toujours…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=lYtIgwjcKW0
Ninja moustachu
Kaïju
Kaïju
avatar

Chat
Nombre de messages : 5422
Age : 41
Localisation : Lausanne (Suisse)
Date d'inscription : 12/05/2008

MessageSujet: Re: Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD   Jeu 3 Sep 2015 - 17:51

Kidnapping Mr. Heineken

Saviez-vous que Monsieur Heineken à été kidnappé au début des années 80 ?

….et bien moi non plus. Pourtant, il y a plusieurs années, j’ai eu l’occasion de visiter le musée Heineken à Amsterdam et ils ont probablement raconté cette anecdote. Mais vu le nombre de dégustations que l’on a fait durant le parcours, j’avoue avoir complètement zappé l’info…

Si je vous parle de ma vie privée, bien que vous vous en foutiez éperdument et à juste titre, c’est parce qu’il n’y a pas grand-chose à dire sur ce film. Les faits réels relatés sont loin d’être captivants et niveau prestation d’acteur, Hopkins, qui incarne ce patriarche blindé de thune, ne fait que de la figuration.
Dommage car l’on s’ennuie ferme, malgré le potentiel de cette histoire.

Ex Machina

En voyant le trailer au cinéma, j’ai eu l’impression qu’il en montrait trop, car on arrive facilement à imaginer la trame, les divers twists et la chute avec les quelques secondes d’images fournies.

C’est malheureusement bel et bien le cas.

Ce film est soigné au niveau visuel et du casting. Le scénario, bien que prévisible (même si l’on n’a pas vu le trailer) et que le thème est déjà souvent abordé, véhicule une bonne idée.
En gros, un PDG, qui est un génie depuis son enfance, organise une tombola dans son entreprise. Le gagnant est convié dans le centre de recherche durant une semaine pour découvrir la dernière évolution technologique en matière d’intelligence artificielle.

Sentiment mitigé durant le générique de fin car c’est plaisant à regarder mais le résultat n’est pas à la hauteur des ambitions. Dommage.

A most violent year

« Ah tiens, tu l’as reconnu ? C’est le même acteur que dans le film d’hier soir…. »

Le hasard faisant parfois bien les choses, m’a permis de découvrir un acteur que je ne connaissais pas du tout. Il s’agit d’Oscar Isaac, vu dans « Ex machina ».
Par contre, cette fois-ci, on peut vraiment l’apprécier à sa juste valeur.

Film très bon racontant les déboires d’un PDG (décidemment !) d’une entreprise de revente de fioul sur le point de faire la plus grosse affaire de sa carrière.
Son parcours va être semé d’embuches aussi diverses que variées et il va devoir gérer la situation en s’efforçant de garder une ligne de conduite précise.
Cette histoire se déroule aux tout débuts des années 80 et un soin conséquent est porté aux détails. Bien que le rythme soit relativement lent, le scénario et la réalisation sont sans failles.

Vivement recommandé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=lYtIgwjcKW0
kakugo
Star Wars
Star Wars
avatar

Buffle
Nombre de messages : 4405
Age : 44
Localisation : region parisienne 94
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: Re: Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD   Jeu 3 Sep 2015 - 21:37

Ce qui me fait grandement plaisir avec tes petites reviews mon p'tit Ninja a la pilosité faciale importante c'est que pour le plus souvent tu me parle de films dont je ne soupçonnait même pas l'existence du coup pour certains ça me donne envie (enfin quand tu trouve ça fun,sinon je préfère m'abstenir,je vous déjà bien assez de merdes^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ninja moustachu
Kaïju
Kaïju
avatar

Chat
Nombre de messages : 5422
Age : 41
Localisation : Lausanne (Suisse)
Date d'inscription : 12/05/2008

MessageSujet: Re: Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD   Mar 8 Sep 2015 - 15:48

Tout le plaisir est pour moi, mais attention de ne pas passer à côté de quelque chose qui peut potentiellement te plaire sous prétexte que j'ai craché mon venin dessus en faisant le guignol sur un forum....

Under the skin

En visionnant ce film, on se pose assez rapidement la question si c est le genre à avoir une introduction qui dure les trois quart et le reste ne tenant que sur le dernier. C’est bel et bien le cas mais c’est loin d’être négatif.

Difficile d’en faire une review mais disons que, en gros, une femelle alien, interprétée par Scarlet Johanson, cherche à s’accoupler le plus souvent possible dans le but de faire disparaitre les humains. Cela n’est que suggéré brièvement.
Inutile d’en savoir plus car on assiste à un périple quasi silencieux, sans effusion d’émotions et, probablement, bourré de métaphores. Le résultat dérange autant qu’il fascine.
Quand à la forme, il y a des passages qui semblent être réalisé en caméra cachée. Des moments visuels bruts de la vie de tous les jours.
Et non, pas de vaisseau spatial ici, ni de rayon de la mort, de bruitages kitsh ou d’autres jets de poudre aux yeux. On a simplement l’impression de se promener à l’extérieur par temps maussade.

Intriguant du début à la fin, je regrette simplement le manque d’interaction avec son binôme mâle. Mais est-ce nécessaire de développer ce point ? Aucune idée…

Chappie

Après le fabuleux « District 9 », « Elysium » laissait un goût d’amertume par son scénario très moyen. Donc, juste avant d’appuyer sur play, je me suis dit que Neil Blomkamp nous avait surement pondu un film à la hauteur de son talent. Je me trompais lourdement…

En effet, nous assistons à une dégringolade qualitative flagrante. Le plus dur étant de devoir argumenter mes propos:

Tout commence par une intro rappelant furieusement le « Robocop » de Verhoeven mais avec une image totalement en lien avec « District 9 ».
On reprend la misère des townships comme trame de fond, mais au lieu de parler d’apartheid, le sujet principal sera celui de la sécurité.

Jusque là, tout va bien, mais….

…..mais le scénario va jouer la carte de la facilité en prenant les raccourcis les plus simplistes. Incompréhensible au vu du talent de ce réalisateur ! Comment quelqu'un d'aussi minutieux avec les détails peut faire ça?
Ajoutons à cela des acteurs relativement médiocres (Jackman, je n’attends plus rien de lui mais pour Sigourney Weaver, c’est la consternation !). Il y a, certes, une prise de risque en donnant des rôles à des musiciens, mais l’apport original et audacieux escompté sombre rapidement dans le ridicule plutôt que dans le barré. Pour ce qui est du « père » de Chappie, je ne suis pas en mesure de m’exprimer sur sa prestation digne des pires nanars des années 80.
Des scènes d’action absurdes et des hyper lourdingues « placement produit » vont se succéder pour arriver à un final consternant. La petite scène faisant office de « sur-final », d’ailleurs, nous (mon épouse et moi-même) a fait lâcher un « Non, mais ils ne vont pas nous faire ça quand même ? ....euh….ben si….. ».

Reste quelques points positifs quand même dont l’aspect visuel incluant la patte de Blomkamp et la réalisation globale du robot qui est bien sympa. J’ai bien aimé repérer les figurants qui jouaient dans "District 9" également, mais le tout ne sauve pas ce naufrage.

Grosse déception.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=lYtIgwjcKW0
keyzeryom
Hot Toys / Marvel
Hot Toys / Marvel
avatar

Tigre
Nombre de messages : 8665
Age : 42
Localisation : Au fond, à droite...
Date d'inscription : 19/06/2007

MessageSujet: Re: Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD   Mer 9 Sep 2015 - 0:18

FEAR THE WALKING DEAD saison 1 épisode 1

une bonne mise en bouche, on installe tranquillement les personnages principaux jusqu'à la scène finale qui lance le truc...

Je ne sais pas si on s'attachera autant à ces personnages qu'à la bande de Rick, seule la vision de la saison 1 en entier pourra donner quelques éléments de réponse...

En tout cas, je languis de voir l'épisode dans l'avion... oups un spoiler !! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ninja moustachu
Kaïju
Kaïju
avatar

Chat
Nombre de messages : 5422
Age : 41
Localisation : Lausanne (Suisse)
Date d'inscription : 12/05/2008

MessageSujet: Re: Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD   Dim 4 Oct 2015 - 11:17

L'amour dure trois ans

C'est complètement par hasard que j'ai appris que ce bouquin (je l'avais adoré à l'époque) a été adapté au cinéma. De plus, c'est Beigbeder himself qui se lance dans la réalisation.

En constatant, dès le générique, que Joey Starr va cotoyer Bernard Menez, on s'attend à ce que le tout donne une petite comédie bien sympathique.

Verdict ? Et bien je suis plutôt mitigé. C'est franchement pas terrible.
En effet, l'ensemble donne bel et bien la comédie à laquelle on s'attend mais le personnage principal (Gaspard Proust) vient un peu gâcher la fête. Le choix de cet acteur est pourtant pertinent car il y a clairement une ressemblance physique avec l'auteur du bouquin. Mais c'est le timbre de la voix et la verve de Beigbeder qui lui fait défaut.
Toutefois, Valérie Lemercier tire son épingle du jeu avec deux ou trois scènes où elle est vraiment drôle. J'ai bien apprécié ses brefs passages.

Voilà, ça se laisse regarder mais on l'oublie assez rapidement.

What we do in the shadows

Avons nous là le meilleur film de vampires de tout les temps ? Peut-être bien...

Ce documentaire tourné à la façon de « The Office » montre les aspects logistiques et communautaires de la vie de tout les jours dans une colocation de vampires en Nouvelle Zélande.
Vu que ces messieurs proviennent tous d'époques différentes, il est parfois difficile de cohabiter sereinement en raison des us et coutumes de chacun.

Écrit et interprété par Gemaine Clement, à qui l'on doit la fabuleuse série « Flight of the Conchords », la barre des exigences est placée, évidemment, très haute.

Verdict ? Et bien c'est un pur sans fautes. C'est franchement le genre d'humour qui m'est absolument irrésistible.
Concrètement, il y a relativement peu de gags. Pourtant, ça fourmille de détails et c'est ça qui est désopilant. De plus, les quelques FX présent (si, si, il y en a) sont des plus réussis !
Je n'en dévoilerai pas plus car trop gros risques de spoilers.
Franchement, si vous aimez les vampires, The Office, la Nouvelle Zélande, les rouquins et les Flight of the Conchords, il vous faut absolument voir ce film.

Hautement recommandé. Gros coup de cœur, donc, voici l'affiche :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=lYtIgwjcKW0
neo_kerberos
Modérateur
avatar

Tigre
Nombre de messages : 6970
Age : 43
Localisation : Otakuland
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD   Dim 4 Oct 2015 - 11:49


Beaucoup aimé le premier, nettement moins le second opus, j'ai finalement bien apprécié ce troisième film.

Reste néanmoins les plans gunfights/poursuites à la mode "façon Michael Bay", c'est à dire filmé à 10 cm du sujet en action avec une caméra qui bouge, effet brouillon (et gerbatif) assuré...

Mais bon, film plutôt sympa tout de même !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neo-kerberos-robots.site.voila.fr/index.jhtml
Ninja moustachu
Kaïju
Kaïju
avatar

Chat
Nombre de messages : 5422
Age : 41
Localisation : Lausanne (Suisse)
Date d'inscription : 12/05/2008

MessageSujet: Re: Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD   Lun 19 Oct 2015 - 17:31

Inherent Vice

Après le très bon « The Master », Paul Thomas Anderson redonne un rôle principal à Joaqin Phoenix.
Cette fois, c’est dans une Amérique de la fin des années 60, plutôt bien reproduite, que l’histoire va évoluer. En gros, une ex girlfriend d’un détective privé débarque pour évoquer ses craintes concernant un milliardaire dont elle est tombée amoureuse. Une conspiration pour le faire interner dans un asile psychiatrique serait menée par sa propre femme…

Avec ce réalisateur, on a l’habitude de devoir un peu « deviner » ce qu’il a en tête mais, avec ce film, j’avoue ne pas toujours avoir vu juste.
J’ai vraiment cru, à un moment, que l’histoire allait se centrer sur Charles Manson ou que toute la clique des écrivains de l’époque allait débarquer (Hunter Thompson, Tom Wolf par exemple). Le tout, saupoudré d’un zeste de « The Big Lebowsky » pour l’ambiance. Mais non, c’est bien une enquête un peu foutraque menée par une sorte d’hippie malmené par une grosse ambiance paranoïaque.

Le casting est au poil, les décors bien reproduits, même si on voit que c’est souvent en studio avec des arrières plans peint et la musique colle parfaitement au contexte. A ce propos, Johnny Greenwood est de nouveau aux commandes, et ses acolytes de Radiohead vont même interpréter quelques morceaux instrumentaux.

Bref, qualité indéniable mais suis un peu passé à côté de cette histoire pourtant plus accessible que « The Master ». C’est quand même un léger sentiment d’ennui qui persiste quelques jours après le visionnage. Etrange, car tous les ingrédients pour que cela me plaise sont présents…

Foxcatcher

Tiré d’une histoire vraie, ce film relate le parcours d’un richissime excentrique qui recrute un jeune champion de lutte, tombé dans l’oubli, dans le but de décrocher la médaille d’or aux jeux Olympiques de 1988. Dans la foulée, il va vouloir (exiger ?) que le frère du lutteur, également athlète de haut niveau, rejoigne l’équipe en tant qu’entraineur.

Trois personnages aux caractères extrêmement différents vont se côtoyer, non sans mal, laissant apparaitre leurs forces et, surtout, leurs faiblesses jusqu’à un final inattendu.

Steve Carrel surprend car son rôle est en totale opposition par rapport à ce qu’il fait d’habitude (le boss irrésistible dans « The Office » version US, c’est lui !). La prestation est vraiment assurée haut la main. Il retranscrit parfaitement le mal être de ce milliardaire au vide existentiel/affectif conséquent.
Le duo de frangins assure également. On retrouve un Channing Tatum en jeune « as been » paumé et Mark Ruffalo en « force tranquille » bienveillante.

C’est lent, long et il n’y a que très peu d’action (la lutte est presque un élément secondaire). Pourtant, cela ne vient aucunement gâcher l’aspect passionnant du récit.

Très bon !

Whiplash

Parfois, il y a des purs coups de cœur inattendus. Ce film en fait clairement partie, ce qui va m’obliger à poster l’affiche à la fin de mon monologue.

C’est très simple : un jeune batteur étudiant dans un conservatoire réputé à la possibilité de se faire enrôler dans un groupe dirigé par un professeur particulièrement exigeant, aux méthodes pédagogiques originales.
Il va devoir traverser un parcours du combattant intense jusqu’à un final épique!

A mi-chemin entre « Karaté Kid » et « Full Metal jacket » (et je ne plaisante qu’à moitié !), ce film est captivant du début à la fin.

Franchement, si vous aimez le Jazz, l’action effrénée, les Chevaliers du Zodiaque, JJ Jameson et les popcorns aux raisins, vous devez absolument voir ce film !

Vivement recommandé !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=lYtIgwjcKW0
Ninja moustachu
Kaïju
Kaïju
avatar

Chat
Nombre de messages : 5422
Age : 41
Localisation : Lausanne (Suisse)
Date d'inscription : 12/05/2008

MessageSujet: Re: Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD   Ven 20 Nov 2015 - 17:13

Le royaume de Ga’Hoole

Au rayon « divertissement familial », il y a parfois des choses qui sortent du lot.
Ce long métrage en fait partie.

Vu avec mes enfants dernièrement et, même si le scénario est un peu simpliste vu le public ciblé (j’avoue m’être un peu ennuyé par moments), c’est surtout la beauté des images, la fluidité de l’animation et l’idée originale qui surprend positivement.
En gros, c’est une histoire basique de type « Médiéval-fantasy » mais importée dans un univers où les protagonistes sont des hiboux ou des chouettes.
Le générique de fin nous apprendra que c’est Zack Snyder qui est aux commandes de ce pari des plus réussis.

Très beau, très bien.

Fantastic Four – Le reboot 2015



La rançon de la gloire

L’affaire est authentique : vers la fin des années 70 à Vevey, après le décès de Charlie Chaplin, deux malfrats volent son cercueil dans le but de rançonner la famille.

Dans cette version très (trop ?) romancée, c’est Poëlvoorde qui campera le rôle du « cerveau » de ce duo de « bras cassés ». Toutefois, leur plan ne va pas se dérouler sans accrocs lorsque des plaisantins commenceront à les « troller » en demandant des rançon à leur place…

Pour cette comédie, les lieux d’origine ont été respectés. Et connaissant un peu cette petite ville pour y avoir travaillé quelques années, j’ai trouvé très amusant de voir Poëlvoorde assis dans des endroits où je prenais mes pauses de midi par beau temps.
A ce propos, la scène d’ouverture se passe dans la ville de Lausanne à environs 500 mètres de chez moi. Vous vous en foutez, certes, mais mon nombril, lui, trouve cela très drôle !

Bref, certaines scènes sont plutôt amusantes (en particulier les coups de téléphones dans des vieilles cabines ressorties spécialement pour l’occasion) même si la qualité générale de ce film est inégale.

En conclusion, ça ne casse pas trois pattes à un canard mais ça se laisse, tout de même, regarder.


Dernière édition par Ninja moustachu le Dim 22 Nov 2015 - 17:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=lYtIgwjcKW0
kakugo
Star Wars
Star Wars
avatar

Buffle
Nombre de messages : 4405
Age : 44
Localisation : region parisienne 94
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: Re: Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD   Ven 20 Nov 2015 - 18:33

Ninja moustachu a écrit:
Le royaume de Ga’Hoole

Au rayon « divertissement familial », il y a parfois des choses qui sortent du lot.
Ce long métrage en fait partie.

Vu avec mes enfants dernièrement et, même si le scénario est un peu simpliste vu le public ciblé (j’avoue m’être un peu ennuyé par moments), c’est surtout la beauté des images, la fluidité de l’animation et l’idée originale qui surprend positivement.
En gros, c’est une histoire basique de type « Médiéval-fantasy » mais importée dans un univers où les protagonistes sont des hiboux ou des chouettes.
Le générique de fin nous apprendra que c’est Zack Snyder qui est aux commandes de ce pari des plus réussis.

Très beau, très bien.

Fantastic Four – Le reboot 2015



Entièrement d'accord avec toi pour les deux films lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD   

Revenir en haut Aller en bas
 
Critique du dernier film/série vu au cinéma ou en DVD
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 27 sur 29Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 26, 27, 28, 29  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le dernier film de Liam Neeson
» Le dernier film que vous avez vu ?
» Le dernier film que vous avez vu
» THE OTHER SIDE OF THE WIND, le dernier film de Orson Welles enfin à l'écran?
» Votre dernier film vu au cinéma ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COLLECT'ALL :: La médiathèque de Collect'all :: Pour parler de livres, bd, mangas, anime, comics, cinéma etc. :: Cinema, séries TV, courts métrages etc-
Sauter vers: